Qu'est-ce que le féminisme ?


Chouxestroses a décidé de laisser la parole à une génération de plus en plus engagée. Ici deux portraits de jeune femme qui affirme être féministe, mais alors qu’est-ce que le féminisme? Vous allez voir que chacune en a une vision différente, mais très intéressante.

C’est quoi pour toi le féminisme ?

 Pour moi le féminisme représente beaucoup de choses... C’est bien plus que la volonté d’une égalité entre femmes et hommes, c’est une lutte constante contre le sexisme et les normes patriarcales, présentes dans chaque aspect de la vie (et qui seraient trop longues à développer ici). Mais le féminisme c’est aussi replacer la sororité au centre des rapports entre femmes. C’est s’unir pour lutter ensemble contre l’oppression que nous vivons et ne plus voir les autres femmes comme des rivales. Ma vision du féminisme se veut intersectionnelle, c’est à dire qu’il est pour moi primordial de considérer les vécus de chaque femme dans toute leur diversité, en prenant en compte les autres oppressons qui peuvent être vécues simultanément au sexisme (telles que le racisme, les LGBT+phobies, le classisme, le validisme etc.). Le féminisme c’est donc aussi une remise en question constante vis-à-vis d’autres combats pour construire un monde plus juste pour toutes et tous.

 

Es-tu féministe ?

 

Bien sur ! Aussi loin que je me souvienne, je me suis toujours définie comme féministe, et ma vision de ce combat à beaucoup évoluer au fil des années. Aujourd’hui, je me retrouve totalement dans la définition que j’ai faite à la question précédente.

 

Qui est ton “rôle modèle” ?

 

C’est une question difficile. Il est important pour se forger et évoluer d’avoir des modèles qui nous ressemblent. Je ne pense pas avoir un rôle modèle en particulier, mais des modèles qui m’ont inspirées à différents moments de ma vie. En ce moment, plusieurs militantes féministes m’inspirent via les réseaux sociaux. Je pense notamment à Irene, du compte @irenevrose sur instagram, qui à travers ses réflexions et son travail a beaucoup fait évoluer mon militantisme. Mais mes premières sources d’inspirations sont je pense mes soeurs de lutte et meilleures amies, avec qui je partage mon quotidien de loisirs mais aussi de militantisme

 

By Laure engagé dans le collectif les nouvelles Antigone

 

 

C’est quoi pour toi le féminisme ?

 

Le féminisme m'a permis de réaliser à comprendre mes émotions. Ou en tout cas, à mieux savoir d'où elle venait. J'avais souvent le sentiment d'éprouver une colère ou de la frustration sans trop savoir pourquoi en m'adressant à des personnes qui étaient en réalité patriarcales et condescendantes. Ca a été également une libération, ne plus se voir absolument sous le regard de l'autre, ne plus avoir l'impression de devoir être maquillée ou bien habillée ou simplement 'parfaite'. Ce sont tout plein de petits fardeaux du quotidien qui se sont lentement défait pour disparaître, même si le chemin est encore long. C'est aussi le revers de la médaille, on ouvre les yeux sur beaucoup d'autres inégalités et oppressions. Alors j'ai pris la voie de la déconstruction et je sais qu'il me reste encore beaucoup à apprendre, même sur le féminisme.

 

Es-tu féministe ?

 

Oui, oui et re-oui, et je suis super contente de le faire. C'est un terme qui aujourd'hui est associé à tellement de négativités alors qu'une fois qu'on découvre tout ce qu'il regroupe (fluidité des genres, abolition de la culture du viol, sororité, fin de la compète entre femmes, etc.) c'est réellement un nouveau souffle une liberté retrouvée. Il y a de nombreuses communautés féministes, et certaines, concrètement, ont des valeurs que je qualifierais de douteuses. On peut dire que même dans le féminisme il y a du racisme. Mais c'est un mouvement, très important qui vient secoué les codes et je suis heureuse de pouvoir dire que j'en fais partie. Et en faire partie, d'ailleurs, ce n'est pas forcément assister à toutes les manifestations, crier dans la rue et faire des collages sauvages en insultant tous les hommes. Je précise, beaucoup voit les femmes comme des harpies, mais ce n'est pas que de l'agressivité et là où d'autres (des hommes, majoritairement) veulent qualifier les féministes de restrictives parce qu'elle leur demande plus d'effort de décence, c'est une vraie libération pour les femmes.

 

 

Qui est ton “rôle modèle” ?

 

Je n'ai jamais trop trouvé de modèle auquel me raccrocher. Non pas qu'il n'y en ai aucun, Simone de Beauvoir, Rosa Parks, Michelle Obama, Marie Curie... Je pense que niveau femmes représentatives d'intelligence et de capacités, on peut y passer des heures. Mais je me suis plus penchée sur la déconstruction, être capable d'analyser un comportement de masculinité toxique, apprendre à quoi ressemble le patriarcat et pouvoir l'opposé à des faits. Du coup, je me suis plus tournée vers des groupes ou des amies déjà plus averties. Instagram a été un super médium sur ce coup, tout comme YouTube. On regorge de ressources, mais il suffit de les ignorer ou que son moteur de recherche ne soit rempli que de cookies très éloignés et on passe à côté. En tête, en tout cas, j'ai @"preparez_vous_pour_la_bagarre" @"je.suis.une.sorcière" @"feministangst" @"withoutpatriarchy" sur Instagram. Sur youtube j'ai Léo Grasset de DirtyBiology qui a été une révélation avec plusieurs de ses vidéos scientifiques sur le pénis, mais aussi le vagin qui confirme tout de même une non-recherche des attributs féminins dans le secteur scientifique, car il y a peu de femmes. Il y a aussi Parlons Peu mais Parlons, Tout le monde s'en fou, Max Bird... qui sont des chaines généralistes mais qui abordent aussi les questions de féminisation, de patriarcat etc. Enfin, allez regarder les podcast de Arte ! Je pense que j'ai rarement écouté aussi complet et intéressant avec des témoignages durs mais criant de vérité.

 

By Emilie une amoureuse de la vie

C'est deux femmes soutiennent le projet chouxetroses pourquoi pas vous. Vous trouverez nos t-shirt féministe ici.